Mensonges…….

Le mensonge,

je sais sur que nous pourions en parler des heures  …. bien , pas bien , parfois nécessaire ?  

Ce qui est clair, il fait mal et il entame la confiance entre deux personnes …….. Mais qui n’a jamais menti ? Il n’est jamais involontaire, il est parfois juste fait pour ne pas peiner, mais il reste une « trahison » grosse ou petite …..

Alors oui il est facile de dire « je m excuses », « c’est la dernière fois » mais comment croire ces paroles ….. le mal est fait  et le doute est bien la ……

Souvenez vous, vous avez tous menti un jour , même pas si lointain , alors tout comme vous imaginez ne plus croire les gens qui vous ont menti acceptez qu’ils puissent avoir la même angoisse vis à vis de vous

 

…………………………………….

Il est parfois dur de dire les choses, quand a savoir si les ecrires porterons leurs fruits …………

A tchao ……. la prochaine nous repartirons dans les montagnes

 



Petit tour chez nous ….

Je commence par mon espace de jeu se trouvant dans les montagnes de Haute Savoie autour de Samoëns et Sixt Fer à Cheval, villages magnifiques dans lesquelles j’ai attéri par hazard, et que je ne quitterais je pense jamais. SAMOENS 

Protégé par la montagne du Criou et à deux pas du cirque du Fer à cheval, dernier bastion des Alpes calcaires .  Les habitants de Samoëns au nombre de 2000 sont les septimontains (ou samoënsiens – prononcé samoinzien) peut être en souvenir des sept « monts » ou alpages communaux dont jouissaient les habitants des siècles passés. Les armes de la ville représentent d’ailleurs sept monts chacun surmonté d’un sapin. 

Samoëns est traversée par le Giffre, qui est le second cours d’eau du département après l’ArveSi les montagnes de Samoëns restent d’altitude relativement modeste, la commune est renommée pour son relief karstique original et pour ses cavités souterraines d’une extraordinaire profondeur. 

En 2004, le gouffre Mirolda est devenu la seconde cavité souterraine la plus profonde du monde, cédant la première place au gouffre Krubera-Voronja en Abkhasie (Caucase). Le gouffre Mirolda est situé dans le massif du Criou, dont le point culminant surplombe directement le village. Le denivelé entre son entrée supérieure (2342 m) et le fond de la cavité est de 1733 m. Le gouffre Jean-Bernard, situé sur la montagne du Folly, est également à citer aussi parmi les gouffres les plus profonds au monde : le denivelé entre son entrée supérieure et le fond de la cavité est de 1602 m. 

Ces deux grandes cavités, à l’exploration difficile du fait de leur localisation, ont été pendant de nombreuses années considérées comme les plus profondes cavités mondiales. Elles font de Samoëns une capitale mondiale de la spéléologie de haut niveau. Si la cité de Samoëns a connu un rayonnement économique dès le Moyen Âge, les siècles suivants lui apportent un rayonnement politique et culturel. Le pouvoir princier se détourne très vite de ce secteur montagnard, et plusieurs familles de roturiers réalisent une très belle ascension sociale. Par les rachats des anciens fiefs, des mariages savamment calculés, et des services militaires heureux, certains accèdent à la noblesse et l’on assiste, dès le XVIe siècle à une refonte complète du paysage politique et social local. Les notaires, les commerçants, les artisans, les paysans acquièrent une certaine aisance et la société montagnarde délaisse les durs clivages socio-économiques qu’elle connaissait au Moyen Âge. 

Fait révélateur des mentalités et de la cohésion sociale du pays autrefois, les habitants se prêtent souvent assistance et secours mutuel, par delà les clivages sociaux, face aux représentants de l’ordre hors de la vallée. Ainsi complique-t’on encore le tableau politique local. Le Marquis Philibert Salteur, noble de robe rachetant les domaines royaux de Samoëns, fait figure d’ennemi commun vers 1750.  Cette cohésion très profonde de la population locale affecte beaucoup la période révolutionnaire, et sans le zèle extrême des conventionnels parisiens, on peut penser que Samoëns aurait traversé la révolution sans heurts. Seule station de sports d’hiver a pouvoir se réclamer d’être patrie des tailleurs de pierre, Samoëns voit aujourd’hui son activité principalement articulée autour du tourisme. Après avoir accompagné la démocratisation des sports d’hiver depuis les années 1960, elle a misé avec succès sur le tourisme estival de montagne . Devant l’afflux qu’elle suscite, elle s’efforce de préserver les spécificités et le caractère savoyards de son environnement. 



Doris |
VAR SALSA |
blog de rap marocain |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | piloumoi
| morgan62
| Cours de cirque en essonne